450 464-1183 / 1 800 361-9087

Blogue

2016-03-18

Programme RénoVert

En raison de la popularité des programmes ÉcoRénov et LogiRénov, lors de la révision des budget de cette année, le gouvernement Couillard annonce un nouveau crédit d’impôt : RénoVert.

Comme le nom le dit, il s’agit de rénovations résidentielles écoresponsables:  remplacement de vos portes et fenêtres, réaffecter votre fausse sceptique, remplacer votre système de chauffage ou de mieux isoler votre maison. 

Ce programme est en vigueur aux termes d’une entente conclu à partir du 18 mars 2016 et avant le 1er avril 2017 et reconnu seulement si  les travaux sont exécutés par un entrepreneur qui détient ses licences de RBQ.

Le crédit RénoVert est sensiblement la même chose que le crédit d’impôt ÉcoRénov de 2013-2014. C’est-à-dire que le premier 2 500$ du total de vos factures doit être déduit, ensuite sur la balance de vos factures 20% est remboursable avec le crédit d’impôt RévoVert. Il faut retenir que vous avez un plafond maximale de dépenses admissibles de 52 500 $ ce qui totalise un remboursement maximal de 10 000$

Exemple:

Totaux de vos factures : 7 500$

Déduire le 2 500$: 7 500$ – 2 500$ = 5 000$

20% remboursable: 5 000$ x 20% = 1 000$

Habitations admissibles 

  • Une habitation située au Québec, construite avant le 1er janvier 2016 et dont le particulier est propriétaire (ou copropriétaire).
  • Une résidence principale, soit une maison individuelle (isolée, en rangée ou jumelée), une maison usinée ou une maison mobile installée à demeure, un appartement d’un immeuble en copropriété divise (condominium) ou un logement d’un immeuble à logements multiples à vocation résidentielle.
  • Un chalet habitable à l’année qui est normalement occupé par le particulier.

 Dépenses admissibles

  • Le coût des permis nécessaires à la réalisation des travaux, y compris le coût des études réalisées pour leur obtention.
  • Le coût des biens meubles, acquis de l’entrepreneur ou d’un commerçant titulaire d’un numéro d’inscription attribué en vertu de la Loi sur la taxe de vente du Québec, qui entrent dans la réalisation des travaux (incluant la TPS et la TVQ s’y rapportant).
  • Le coût des services fournis par l’entrepreneur pour la réalisation des travaux (incluant la TPS et la TVQ s’y rapportant).

 

Finalement, ce crédit vous sera remis lors de votre déclaration de revenus 2016 ou 2017. Les entrepreneurs affectés à vos travaux doivent vous fournir le formulaire avec ses informations et celles relatives aux travaux.

Ce crédit d’impôt relève de

Voici les liens et références utiles:

RevenuQuebec.png

Liste téléphonique:

Pour particuliers et particuliers en affaires

  • Région de Québec : 418 659-6299
  • Région de Montréal : 514 864-6299
  • Ailleurs au Canada et aux États-Unis : 1 800 267-6299 (sans frais)

 

Écrit par Stacy A Beauchemin Les Fenêtres H.P. Lamoureux

 

 

2016-02-18

Comprendre la condensation

Avec les grands froids et les variations de température des derniers jours, il ne serait pas surprenant que vous ayez remarqué de la buée ou des gouttelettes d’eau au bas de vos fenêtres.

condensationPas de panique!

Ces signes de condensation ne sont pas nécessairement synonymes de mauvaise qualité de fenestration.

En effet, votre maison pourrait être munie de portes et fenêtres à haut rendement énergétique, avoir un taux d’humidité relative acceptable et posséder un échangeur d’air adéquat, et vous pourriez tout de même voir ce phénomène se produire.

Phénomène de la condensation

La condensation se produit lorsque ces 3 conditions sont réunies :

  1. Trop d’humidité dans l’air
  2. Échange d’air insuffisant entre l’intérieur et l’extérieur
  3. Présence de surfaces froides sur lesquelles l’humidité que contient l’air peut se condenser

L’humidité relative est un pourcentage qui indique la quantité de vapeur d’eau dans l’air relativement à la capacité maximale d’eau que l’air ambiant, à cette température, peut contenir. Sachez que l’air chaud a la capacité de contenir davantage de vapeur d’eau que l’air froid. C’est pour cette raison qu’en été les vitres ne s’embuent pas.

Par période de grand froid, le taux d’humidité relative de votre maison ne suit pas la courbe de chute de la température extérieure. Les appareils de ventilation contribuent à ce que le taux d’humidité de l’air ambiant suive la courbe de chute de la température extérieure. Toutefois, la capacité de ceux-ci varie faisant que certains n’arrivent pas à abaisser le taux d’humidité assez rapidement.

Par exemple, supposons qu’à 20°C, l’air peut contenir 50 % d’humidité. Lorsque la température chute drastiquement, il ne peut plus contenir la même quantité de vapeur d’eau. Pour le même volume d’air, le taux d’humidité relative grimpera jusqu’à ce qu’il atteigne le point de saturation, soit 100%. L’excédent de vapeur d’eau que l’air ne peut plus contenir ira donc se poser sur les surfaces froides comme les fenêtres.

Taux d’humidité relative acceptable

Les autorités médicales recommandent un taux d’humidité relative entre 35 % et 50 %. L’air est sec lorsque l’humidité relative est inférieure à 35 %.

Lors de temps froids, par exemple lorsque le mercure indique plus de -10°C, le taux d’humidité relative recommandé pour éviter la condensation devient 30 %.

La charte suivante est une bonne indication du taux d’humidité relative recommandé :

humidité.png

Trucs pour prévenir la condensation

blue dot   Garder les stores ou les rideaux ouverts pendant la soirée et par temps froids. Cela permettra à la
chaleur du système de chauffage de réchauffer le vitrage.

blue dot   Limiter la quantité de plantes
blue dot   Vérifier que la sécheuse soit bien raccordée
blue dot   Éviter d’abaisser la température intérieure
blue dot   Éviter d’entreposer le bois de chauffage au sous-sol
blue dot   Activer les ventilateurs de la cuisine et de la salle de bains pendant et après chaque utilisation
blue dot   Prendre soin de ne pas prolonger les douches
blue dot   Vérifier que les grilles de ventilation ne sont pas obstruées
blue dot   Enlever les moustiquaires des fenêtres
blue dot   Remplacer les fenêtres par des modèles écoénergétiques comportant un double ou un triple vitrage

Sources : APCHQ et Société Canadienne d’Hypothèque et de Logement